Chapitre A : Le développement social en Allemagne

1. En Allemagne règne une société capitaliste arrivée au stade de développement du capitalisme monopoliste d'État. Elle représente le stade préliminaire direct à une société socialiste. Le capital monopoliste s'est entièrement subordonné l'État et ses organes sont confondus avec les organes de l'appareil de l'État. Il a établi sa domination universelle sur la totalité de la société.

2. La grande production sociale régulée par l'État est soumise à l'appropriation privée par les propriétaires de capitaux, en particulier les monopoles industriels et bancaires dominants. Ces rapports de production monopolistiques d'État constituent aujourd'hui la contradiction fondamentale pour le développement du capitalisme en Allemagne.

3. L'ordre familial bourgeois est le pendant indispensable à l'exploitation capitaliste du travail salarié. La vie sociale est entièrement subordonnée au processus social de la production de marchandises générant le profit maximal, alors que l'organisation de la vie immédiate est imposée à la famille privée individuelle. L'inégalité sociale entre l'homme et la femme repose sur cette contradiction. La dépendance économique vis-à-vis de l’homme, la responsabilité du travail ménager et la conduite de la famille, et les chaînes de la morale et de la religion bourgeoises constituent un système d’oppression spécifique de la femme dans la société capitaliste. La masse des femmes travailleuses est doublement exploitée et opprimée.

4. Avant que l'Allemagne se constituât en nation unie en 1871, son développement capitaliste était freiné par le morcellement en petits États féodaux. Pendant la révolution bourgeoise de 1848, la bourgeoisie était passée à côté de sa victoire sur la domination féodale par peur de la classe ouvrière en lutte. Au lieu de cela, elle conclut une alliance avec la noblesse terrienne féodale [les junkers] qui constituait jusqu’en 1945 le bouillon de culture de l'impérialisme allemand particulièrement réactionnaire et agressif.

5. Après 1871, la concentration et la centralisation du capital conduisirent à la formation de monopoles industriels et bancaires et à leur fusion en capital financier dominant, ce qui créa la base économique de l'impérialisme allemand ambitieux, qui connut une évolution particulièrement rapide grâce à ses techniques modernes et à sa meilleure organisation.

En raison de son développement tardif, il exigea avec insistance un nouveau partage du monde entre les grandes puissances impérialistes et déclencha à cet effet deux guerres mondiales. Ces guerres mondiales furent le stimulateur de la transition du capitalisme monopoliste au capitalisme monopoliste d'État dans tous les pays impérialistes.

6. En réaction à la révolutionnarisation des masses, les monopoles changèrent leur principal soutien social et instaurèrent en 1933 une dictature fasciste en pratiquant une démagogie utilisant les concepts du socialisme. L’instauration de la dictature fasciste ne put être empêchée par suite de la division de la classe ouvrière. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, la coalition contre Hitler avait démantelé la dictature fasciste des monopoles. L'accord de Potsdam, basé pour l’essentiel sur des propositions de l’Union soviétique, négocié entre les puissances victorieuses Union soviétique, États-Unis et Grande-Bretagne prévoyait de priver l'impérialisme allemand de son pouvoir tout en préservant l'unité de la nation allemande.

Les impérialistes allemands furent tout d’abord écartés du pouvoir et les monopoleurs contraints de se retirer de la direction des groupes. Souvent contre la volonté des autorités militaires occidentales, les ouvriers reconstruisirent les usines détruites et développèrent un mouvement de protestation de masse contre les intentions de démontage des puissances victorieuses. Mais, très vite, les forces d'occupation occidentales aidèrent les capitalistes monopolistes allemands à reprendre le pouvoir suite au changement de la politique américaine à l'égard de l'Allemagne. Avec la fondation de la République fédérale le 23 mai 1949, ils divisèrent l'Allemagne et accélérèrent l'essor du nouvel impérialisme allemand, qui constitua dorénavant le fer de lance du système impérialiste mondial dirigé contre l'Union soviétique encore socialiste à l'époque et contre la construction socialiste dans les pays de l'Europe de l'Est et en RDA.

7. L'accord de Potsdam n'a été appliqué que dans la zone d'occupation soviétique. Un ordre démocratique et antifasciste y fut instauré sur la base de la dénazification et de l'expropriation des entreprises de criminels de guerre et nazis ainsi que des grand propriétaires terriens.

La RDA fut fondée le 7 octobre 1949 en réponse à la division de l'Allemagne par les puissances occidentales. Sur l'initiative des masses et avec le soutien de l'Union soviétique se développa dans les années qui suivirent la transition pleine d'espoirs d’une démocratie populaire vers la première société socialiste sur le sol allemand.

8. Dans la foulée de la restauration du capitalisme en Union soviétique après le XXe Congrès du PCUS en février 1956, la RDA se transforma aussi en une société bureaucratico-capitaliste. L'objectif de la réunification fut abandonné. Cependant, dans un premier temps, de nombreuses conquêtes socialistes dans la vie des masses furent certes maintenues dans la forme, mais, du fait de la restauration du capitalisme, leur caractère changea et elles furent intégrées dans un système révisionniste de réformes octroyées pour dissimuler le caractère capitaliste du nouvel ordre. La construction du Mur de Berlin en 1961 fut une déclaration de faillite du système bureaucratico-capitaliste de la RDA et refléta en même temps la rivalité accrue entre les superpuissances.

9. Au début des années cinquante s'amorça en RFA un essor économique durable sans précédent dû à la demande mondiale à la suite de la Seconde Guerre mondiale et favorisé par la haute mécanisation, l'automatisation et des mesures étatiques. Il fut également rendu possible par un recrutement systématique de main-d'œuvre de la RDA et, après la construction du Mur, de l'étranger. Les forces productives se développant par bonds accélérèrent la rapide ascension du nouvel impérialisme allemand en un puissant facteur économique, politique et militaire.

10. Dans les années quatre-vingts, le retard technologique et économique croissant par rapport à l'occident entra dans une contradiction de plus en plus violente avec le maintien des acquis sociaux en RDA. Sur cette base et en réaction à un paternalisme bureaucratique marqué, à une phraséologie pseudo-socialiste et à l’oppression politique, une profonde déception apparut au sein des masses et un large mouvement populaire démocratique se développa en 1989. Il se prononçait également contre la destruction de l'environnement et le déploiement intensif d'armes nucléaires de l'Union soviétique sur le territoire de la RDA. Il atteint sont apogée en automne 1989 avec les manifestations de masse et obligea le régime de Honecker à démissionner. Le Mur de Berlin, symbole de la division de l'Allemagne, tomba le 9 novembre. La réunification fut le résultat du mouvement populaire démocratique en RDA et du profond désir de tout le peuple allemand de surmonter la division de la nation. Ainsi, la question nationale en Allemagne put être résolue de façon pacifique. En matière de politique étrangère, une condition essentielle à la réunification pacifique fut le minage de la domination du social-impérialisme soviétique.

11. Comme la réunification n'eut pas lieu sous le signe du socialisme, il fut possible d'intégrer la RDA au pouvoir économique et politique du capital monopoliste ouest-allemand. Les monopoles et leur gouvernement pratiquent systématiquement une politique de division du peuple allemand entre l'Est et l'Ouest pour miner la résistance active des masses contre le transfert des fardeaux de la crise sur leur dos. Seule la classe ouvrière et sa lutte commune contre les monopoles et leur gouvernement peut refermer les plaies de la longue division de l'Allemagne, affermir l'unité du peuple allemand à l'Est et à l'Ouest et préserver ses conquêtes progressistes.

12. L'Allemagne réunifiée est le plus grand pays de l'Union européenne du point de vue économique et démographique. Libéré de quelques restrictions politiques qui lui avaient été imposées par les Alliés après la Seconde Guerre mondiale, le nouvel impérialisme allemand, allié à d'autres grandes puissances européennes, aspire de nouveau et de manière accrue à l’hégémonie dans le monde.

Le nouvel impérialisme allemand est l'ennemi principal des travailleurs en Allemagne. Seule la classe ouvrière alliée aux masses travailleuses est en mesure de préserver la paix avec les peuples européens et de pratiquer l'amitié franche entre les peuples et la solidarité internationale avec tous les exploités et opprimés.

Actions sur le document